Annapurna Mandala Trail 2008

L'édition 2008 de l'Annapurna Mandala Trail s'est déroulée du 11 au 28 avril. La huitième édition de l’Annapurna Mandala Trail, organisée par Base Camp Trek & Expéditions (Kathmandu, Népal), s’est terminée avec la double victoire des coureurs du Pays Sherpa : Sonam Gal Sherpa pour les hommes et Lhapka Diki Sherpa pour les femmes. Sonam est l’un des frères de Dawa Dachhiri. C’était la troisième fois que Sonam prenait part à la Mandala. Neuvième en 2003, troisième en 2004, il s’est, enfin, imposé autour des Annapurnas.

48 personnes dont 13 femmes ont pris le départ de l’Annapurna Mandala Trail 2008. 42 sont classées.

Le départ depuis l'ABC

Sommaire

Classement

Les photos

Retour page principale Annapurna


Avant le départ pour le Népal

Depuis longtemps je rêvais en lisant les nombreux récits de ces courses organisées par Bruno Poirier. Jamais je n’aurais osé imaginer m’inscrire sans de nombreuses discussions avec un copain qui avait déjà participé à l'Annapurna Mandala Trail 2007. Celui-ci répond patiemment à toutes mes questions. Le bonheur qu’il semble avoir rencontré au Népal me donne vraiment l’envie d’y participer. Je me décide, je fais une demande de dossier d’inscription.

Je me rends compte que l’inscription à cette course n’est pas habituelle, il ne suffit pas d’envoyer son inscription….
J’ai confiance mais, tant que je n’aurai pas reçu l’acceptation de mon inscription, le doute subsiste.
2 décembre, le mail tant attendu arrive je fais partie des coureurs engagés pour l’AMT 2008 !
Pour moi l’aventure débute à la réception de ce mail !

L’entraînement:
Durant l’année je ne fais jamais de pause dans l’entraînement. Début décembre je me contente d’augmenter le volume, de faire du dénivelé en choisissant les côtes dès que c’est possible. Je fais aussi quelques sorties avec le sac à dos chargé mais dès le début de la course je me suis rendue compte que je n’avais pas assez travaillé avec un sac lourd (au moins 10kg).

La pharmacie:
Dans le mail nous informant de l’acceptation de notre dossier nous recevons aussi les listes du matériel et des médicaments obligatoires. Cette dernière m'a semblé très impressionnante mais une fois sur place je me suis rendue compte que tout peut vraiment servir.
L’optimisation de la pharmacie, poids, rangement, mode d’emploi va me prendre beaucoup de temps mais durant la course je n’aurai aucun souci avec celle-ci.

La préparation du sac:
Rassembler les différents éléments, gagner du poids tout en n'oubliant rien va me prendre énormément de temps car n’ayant jamais participé à une course aussi engagée je ne veux pas me tromper. J’essaie aussi de minimiser les dépenses. L'aide et les conseils de ceux qui sont déjà allés au Népal sont précieux!
Je vais devoir acheter un duvet, une polaire, un collant chaud, un sac 40 litres.
Une fois que tout est rassemblé, je pèse tout élément par élément et je fais des choix. Sans l’eau j’arrive à un sac de 8,5kg. Avec des vêtements plus récents j’aurais pu gagner dans les 300 grammes mais je n’ai pas voulu augmenter les frais.

Retour au sommaire

Le parcours 2008

 

 

Retour au sommaire

Les journées d'avant course (12, 13 avril): Katmandu (1350 m)

Avant de partir j’ai beaucoup de craintes. Je doute de mon physique, de mon matériel,... Mais mon désir de découvrir le Népal est toujours là. J’ai juste beaucoup d’inquiétudes. Le poids du sac m’effraye aussi.

A l'aéroport de Roissy je retrouve tous les français de la course. J’entre dans la réalité de l’Annapurna Mandala Trail. Plus d’une heure d’attente avant de pouvoir enregistrer les bagages. Embarquement un peu avant 22 heures dans un avion de Qatar Air Line. Après une escale à Doha, nous embarquons pour Katmandu.
Nous arrivons à Katmandu sans voir la montagne. Beaucoup de nuages orageux. Les formalités sont rapides. Par petits cars nous nous rendons à l’hôtel Manaslu. A notre arrivée l’orage éclate. L’hôtel est dans un quartier calme, par contre, en centre ville, il y a beaucoup de bruit et de mouvement.

Dans la matinée divers contrôles: le matériel obligatoire, la pharmacie. Contrôle médical également. Nous récupérons nos dossards. Tout se passe dans les jardins de l’hôtel Manaslu. Du soleil, des fleurs, une piscine. Il fait chaud au soleil et j’ai un peu de difficulté à supporter la chaleur.

katmandu

En fin de matinée je pars avec trois autres pour quelques heures de marche dans Katmandu. Nous allons voir Pashupatinath, le temple hindou le plus important du Népal. De nombreux pèlerins y affluent dont un grand nombre de sadhus. Les touristes y sont aussi très nombreux. Les berges de la rivière Bagmati à Pashupatinath constituent l'endroit de prédilection pour l'incinération des hindouistes.

Puis nous allons à la Stupa de Boda. Nous en faisons le tour. Il y a plein de magasins et de temples bouddhistes autour.
Nous trouvons un restaurant avec terrasse et vue sur la stupa. Ce repos est le bienvenu. Avec la pollution de la ville j’ai mal à la gorge.

Retour par de petites rues. Très pauvre, très sale, plein de petites échoppes, des vaches, des mendiants, des lépreux, des singes, les klaxons, les motos….

Il me faut plus d’une heure pour faire une fois de plus mon sac de course. Je prépare aussi le sac que l’on laissera à Pokara.

Retour au sommaire

Marche d'approche (14, 15, 16 avril): Birethani (1080 m) - Ghandrung (1970 m) - Chomrong (2010 m) - Doblhang (2540 m) - Macchapuchare BC (3700 m)

 

Lundi 14 avril: Birethani -> Gandrung

Départ de l'hôtel en petits cars pour l’aéroport. Attente… Deux avions pour nous, le voyage est super sympa. Nous sommes serrés avec les sacs sur les genoux. Bâtons, couteau, ciseaux, briquet voyagent dans la soute. Le paysage vu de l’avion est très beau, montagnes rouges, montagnes plus élevées.

Birethani

Arrivés à Pokara nous poursuivons avec 3 petits bus. Nous arrivons assez rapidement à Birethani d’où va commencer notre aventure.

Avant de partir les népalais achètent des grands sacs poubelles dans les boutiques près de l’endroit où se sont arrêtés les cars. Sur le moment je n’y prête que peu d’attention. Mais eux savent que l’orage va éclater et ces grands sacs plastiques sont la seule protection efficace!
Peu de temps après le départ, l’orage éclate et une pluie violente se met à tomber. Je protège mon sac, je sors la veste Goretex. Le début est cool. Cela monte doucement le long de la rivière.

Puis cela se redresse, beaucoup d’escaliers. Paysages de cultures en terrasses.

Nous apercevons de temps en temps les montagnes. A l’arrivée, heureusement que l’on m’indique la direction de lodge, je n’avais pas vu le drapeau de l’AMT 2008 qui, chaque jour, nous accueillera pour l’arrivée de l’étape.
Le groupe étant important il est accueilli dans deux lodges différents. Le soir la vue depuis le lodge est grandiose.

 

zoom zoom

 

Mardi 15 avril: Gandrung -> Dobhang

Au réveil, je vais à l’extérieur admirer le spectacle : l’Annapurna Sud, le Hiunchuli, le Machhapuchhare.

Les marches

Après le petit déjeuner, c’est le départ.

Cette étape est une succession de montées et de descentes. C’est sûr, il y a plus de 10000 marches ! Le soleil, la chaleur, ce n’est pas facile… Cela me rappelle les difficultés de la Réunion.

On descend légèrement avant d’attaquer une « grosse » montée, grande descente, puis à nouveau une «grosse» montée vers Chomrong. Avec la chaleur et le soleil, c'est dur. J'oublie de regarder la carte et je me perds. Grosse montée que je suis obligée de redescendre !

A Chomrong je retrouve les coureurs népalais et je fais la descente en leur compagnie. Dès que nous commençons à attaquer une nouvelle montée je me retrouve seule!

Le mauvais temps arrive progressivement et je passe les 10 dernières minutes sous la grêle. J’arrive trempée !! Cette fois je vois la banderole sans problème ! Accueil sympa de tous les autres. Douche chaude et soupe aux nouilles sont les bienvenues.

Une boîte de pommade anti-frottement s’est ouverte dans mon sac. Je n’arrive pas à sécher mon linge. Demain je partirai mouillée. J’aurais pu essayer de faire sécher quelques vêtements lors du dîner avec le feu sous la table mais je n’y ai pas pensé.

 

 

Mercredi 16 avril: Dobhang -> Macchapuchare Base Camp

Super nuit, la meilleure depuis mon arrivée au Népal.

Au lever j'admire les montagnes au lever du soleil. Le Machhapuchhare est magnifique. Après le petit déjeuner nous quittons Dobhang. Cela commence par une montée dans une forêt de rhododendrons, nous pouvons voir des singes blancs. Nous voyons aussi les montagnes qui sont encore plus belles que je ne l’imaginais.

Le Machhapuchhare

Certains s’arrêtent à l’Himalaya Hôtel mais je préfère poursuivre la montée avec quelques autres jusqu’au Machhapuchhare Base Camp (MBC). Nous commençons à ressentir l’altitude mais en montant régulièrement tout va bien.
Agréable d’arriver sous le soleil ! C’est la première fois.

Soupe de nouilles, rangement du sac, séchage du sac, des affaires.

Certains partent à l’Annapurna Base Camp (ABC) pour la vue, l’acclimatation, le plaisir. Je reste tranquille au lodge, c’est agréable d’avoir du temps après la journée d’hier. La brume arrive vers 13h30, ceux qui sont partis à l’ABC ne sont pas encore revenus. Ils arrivent peu après, ils ont eu le temps de profiter d’une magnifique vue.

Peu après leur retour, orage, pluie puis tempête de neige. C’est impressionnant. C’est magnifique et cela fait un peu peur pour demain. Mais tout s’arrête et nous avons droit à un magnifique coucher de soleil sur le Machhapuchhare. L’Annapurna se dégage. Nous apprenons qu’une expédition russe est bloquée dans la face …

Il ne fait pas très chaud mais c’est supportable, pour le dîner les responsables du lodge allument « le feu » sous la table et du coup il fait très bon. Un festin: soupe, dal bath, crème au chocolat.
On se couche tôt vers 19h30 car le lever du lendemain est prévu pour 4 heures.

Avant de m’endormir j'entends des avalanches.
La course va vraiment commencer demain. Cette marche d'approche m'a semblé difficile surtout à cause de la chaleur. Je ne pense pas que je vais pouvoir courir très vite avec ce sac de plus de 10kg.

Retour au sommaire

Etape 1 (17 avril): Macchapuchare BC (3700 m) - Annapurna Base Camp (4150 m) - Tadapani (2720 m)

Distance et dénivelés : 42 km, +1993 m, -3365 m.

Point de contrôle à Chomrong (2010 m).

Partie 1 : marche de liaison du Camp de Base du Macchapuchare au Camp de Base de l'Annapurna.

Partie 2 : première étape Annapurna Base Camp (4150 m) - Tadapani (2720 m)

Lever à 4 heures. La nuit est toute étoilée. Le sol est gelé. Il n'est pas possible de prendre de l’eau.
C’est le départ vers 5 heures. Nous montons en groupe jusqu'au Camp de Base de l'Annapurna. La montée avec la vue sur les parois de l’Annapurna est grandiose. Nous voyons progressivement le soleil se lever.

l'AnapurnaArrivés au camp de base, le spectacle est féerique. L'immensité du lieu laisse sans voix.

Nous nous regroupons sous la banderole de la course et c’est le départ dans la neige. Je suis vraiment heureuse d'être là, quelle joie d'être aussi près de telles montagnes et de pouvoir faire ce que j'aime. Malheureusement après quelques minutes de course, le coureur népalais Phu Dorjé, l'un des prétendants à la victoire, se fait une mauvaise entorse. Nous apprendrons plus tard qu'il a été rapatrié en hélicoptère par l'organisation sur Kathmandu et qu'il a dû être plâtré.

La descente jusqu’au Machhapuchhare Base Camp est glissante mais superbe. Nous passons à Dobhang où nos hôtes de l'avant veille nous encouragent.

Beaucoup de marches jusqu’à Chomrong. Aurélie en a compté plus de 2000. C’est dans ces marches que Romain, Philippe, Marie-Anne, des habitués du désert vont prendre la décision d’arrêter.
Un contrôle à Chomrong et nous attaquons la montée directement par des marches. Dur, dur,…

Ensuite le chemin est relativement facile jusqu’à Ghurjung, grosse descente jusqu’à la rivière, plein de marches pour changer ! Puis montée qui semble interminable jusqu’à Tadapani. Je suis vraiment contente d’arriver, je suis complètement affamée. Nous avons droit à un accueil super sympa des népalais et des premiers arrivés. Malgré la difficulté j'ai eu beaucoup de plaisir à admirer les paysages que nous avons traversés. Du village de Tadapani la vue sur l'Annapurna Sud est splendide.

Retour au sommaire

Etape 2 (18 avril): Tadapani (2720 m) - Poon Hill (3195 m) - Dana (1450 m)

Distance et dénivelés : 37 km, +1450 m, -2806 m.

Point de contrôle à Poon Hill (3195 m).

Le Dhaulagiri

Départ comme prévu vers 7 heures en laissant partir les plus forts devant.
Ce matin nous sommes un petit groupe de quatre.
D’abord une descente puis commence la montée dans une vallée magnifique très encaissée. C’est une forêt de rhododendrons. Nous apercevons un singe noir et blanc, c’est un vrai plaisir.
Nous arrivons sur un chemin en balcon d’où nous avons une vue grandiose sur les sommets avec en premier plan les rhododendrons. Gildas m‘indique le nom de toutes les montagnes: le Dhaulagiri, les Annapurnas. Petite descente sur Ghorepani, puis montée au Poon Hill, montée dans laquelle nous croisons les premiers qui redescendent. Du Poon Hill la vue est magnifique, grandiose.

Après Ghorepani nous entamons la descente sur Tatopani, beaucoup de marches, de terrain technique.

Nous franchissons un immense pont avec le Dhaulagiri en arrière plan et nous trouvons la route que les népalais sont en train de construire. Pas terrible, parfois il y a des petits bouts de chemin, nous croisons même deux ou trois voitures.

Nous dînons tous ensemble sous les orangers et les bougainvillées. La nuit est très douce et c’est agréable de dîner dehors.

Retour au sommaire

Etape 3 (19 avril): Dana (1450 m) - Marpha (2650 m)

Distance et dénivelés : 34 km, +1700 m, -450 m.

Point de contrôle à Ghasa (2080 m).

Marpha

A 6 heures c’est le départ. Nous prenons la route. Assez rapidement le groupe avec lequel je me trouve quitte la route, traverse un pont et prend le chemin mais ce n’est pas la bonne option car nous voyons que les autres vont bien plus vite sur la route sur l’autre rive. Et pour augmenter notre retard, juste avant d’arriver au check point de Gasa un énorme troupeau de moutons et de chèvres nous empêchent de passer sur le pont. Le berger est même menaçant, il ne veut pas que nous passions en même temps que ses chèvres et ses moutons. Heureusement le népalais qui s’occupe du check point vient à notre rencontre et nous traversons avec lui.

En alternant route et chemin nous arrivons à Lete. Vue magnifique sur le massif de l’Annapurna et le Dhaulagiri. Nous coupons dans la rivière jusqu’à Kokethanti. Nous arrivons assez facilement à Tukuche, puis Marpha. C'est un village très long, très pittoresque.

Douche, soupe de nouilles puis je vais faire un petit tour dans le village. Visite du temple bouddhiste. Marpha est la ville des pommes et nous sommes nombreux à déguster des « Apple Pie ».

Demain nous ne passerons pas l’itinéraire prévu initialement. La rivière est trop haute pour passer par Lupra, nous passerons par Kagbeni

Retour au sommaire

Etape 4 (20 avril): Marpha (2650 m) - Kagbeni (2840 m) - Muktinath (3800 m)

Distance et dénivelés : 24 km, +1100 m, -150 m.

La Kali Gandaki

Point de contrôle à Kagbeni (3300 m).

A peine sorti de Marpha le paysage devient encore plus désertique. Nous remontons la Kala Gandaki. Nous traçons notre chemin dans son lit. Nous passons à Jomoson, lieu prévu pour l'arrivée de cette édition de l'AMT. Le lit de la Kali Gandaki ressemble à un désert de gravier et de galets. Courir n'est pas aisé même si c'est plat. Le paysage est somptueux. Dans cette étendue désertique c’est magnifique de voir au loin les autres coureurs.

Puis nous arrivons aux portes du Mustang. Nous pouvons admirer plein de petits chevaux. En se retournant nous voyons aussi les montagnes. Je n’ai jamais vu de tels paysages. La vallée est très large, elle est désertique mais avec parfois des zones de cultures qui font des tâches vertes. Kagbéni est dans une zone de culture, c’est là qu’il y a le point de contrôle. De Kagbéni nous nous engouffrons dans la vallée qui nous mènera au Thorong La. Belles montées assez régulières et nous arrivons à Muktinath.

Demain c'est une journée de repos et d'acclimatation.

 

Retour au sommaire

Journée d'acclimatation et de repos (21 avril)

Muktinath

 

C’est la pleine lune et je me réveille vers 5h15. La lune, énorme, toute rouge est en train de disparaître derrière la montagne. Je monte sur la terrasse. Je contemple le soleil qui se lève tout doucement.

Après le contrôle médical nous remontons vers le village. Après avoir déjeuné « au Bob Marley », sur une terrasse en plein soleil, nous montons jusqu’au monastère situé en haut du village vers 3800 mètres. C’est à la fois un sanctuaire bouddhiste et hindouiste. Nous visitons, nous nous promenons. De riches indiens arrivent depuis l’Inde en pèlerinage en hélicoptère.
Ensuite nous montons jusqu’à environ 4000 mètres pour préparer notre montée de demain.

L’après-midi, chocolat chaud et chaussons aux pommes.
Retour au lodge où je range un peu les affaires en perspective du départ matinal du lendemain.

Coucher vers 21 heures pour un lever demain à 3 heures.

 

Retour au sommaire

Etape 5 (22 avril): Muktinath (3800 m) - Thorong La (5416 m) - Manang (3535 m)

Distance et dénivelés : 35 km, +2160 m, -2280 m.

Point de contrôle au Thorong La (5416 m).

Partie 1 : marche de liaison de Muktinath au Thorong La.

Partie 2 : cinquième étape Thorong La (5416 m) - Manang (3535 m)


Thorong laThorong La


La première partie de cette étape s'effectue en marche de liaison. Nous avons cinq heures pour arriver là-haut. Avant de quitter le col nous devons signaler notre départ au contrôleur car le reste de l'étape est chronométrée.

Cela monte bien. Je n’ai pas de souci avec l’altitude pratiquement jusqu’au bout. Il n’est pas nécessaire de mettre les crampons car il est possible d’éviter la glace, la neige ressemble à du gros sel. Nous avons le soleil peu avant l’arrivée au col. Je prends un thé chaud dans le refuge situé sur le col et à l’abri du vent je retire quelques épaisseurs. Arrivent Gildas et Maryse qui franchissent très vite le col avec Fabien victime du mal des montagnes. Je prends le temps de faire quelques photos, j’admire l’immensité des montagnes avant de m’engager dans la descente.

Jusqu’au Camp de Base du Thorong Phédi ce n’est pas si facile, les chemins sont très étroits et exposés. Il faut faire attention. Je ressens de la fatigue sûrement liée à la montée en altitude.
Au Camp de Base du Thorong Phédi je retrouve d'autres coureurs. Nous continuons un moment ensemble. Au début tout va bien mais rapidement je trouve interminable la descente. A Ghunsang on m’annonce deux heures pour rejoindre Manang et c’est le temps qu’il va me falloir. Les paysages sont magnifiques, toute la descente s’effectue avec la vue sur les Annapurnas.Le versant nord du massif se dévoile et les sommets brillent dans le ciel bleu. Le plaisir d'observer de tels paysages atténue les difficultés. Nous croisons de nombreux yacks très beaux et très imposants.

A l'arrivée, douche chaude, séchage du linge dans le vent. Balade dans Manang. Sieste. Grosse fatigue …

Demain c’est le marathon pour les coureurs, les marcheurs ont quartier libre.

Retour au sommaire

Etape 6 (23 avril): Manang (3535 m)-Hongde (3420 m)-Lower Pisang (3240 m)-Upper Pisang (3440 m)-Garhyu (3670 m) - Nagwal (3620 m) - Manang (3535 m)

Distance et dénivelés : 38 km, +1558 m, -1558 m.

Points de contrôle à Upper Pisang (3440 m) et Garhyu (3670 m).

Marathon Manang

Le spectacle du soleil se levant sur le Gangapurna et les sommets environnants est fascinant.
Le Manang Marathon est organisé avec les enfants des écoles et 3 Manangi participent à la course. Aujourd'hui le sac est léger!

Cela commence par de la descente et tout le monde démarre très vite.

Même si le passage du Thorong La a laissé des traces j’arrive sans souci à Lower Pisang. La vue sur les montagnes est grandiose. Parois de neige et de glace qui brillent au soleil. Je monte à Upper Pisang. C’est raide. Les népalais qui s'occupent du contrôle m’indiquent le chemin le plus rapide pour aller à Ghyaru. Cela monte raide et longtemps. Arrivée à Ghyaru, village magnifique qui domine majestueusement la vallée, je rejoins le chemin pour Ngawal grâce à l'aide de népalais. Au loin j’aperçois d'autres coureurs.
Jusqu’à Ngawal c’est un chemin à flanc légèrement descendant. Nous surplombons la vallée. Je rejoins l'un des népalais qui s’est joint à la course ce matin et jusqu' à l'arrivée à Manang je fais route avec lui et même si ce n'est pas facile de communiquer avec des mots c'est super. Sur le chemin, au milieu de nulle part, nous rencontrons des petits écoliers, assis par terre, en train de jouer sur le chemin de l'école.

Demain nous ne repartirons pas pour le Tilicho Lake car il y a trop de neige. Cet itinéraire est jugé trop dangereux car personne n'a pu l'emprunter ces dernières semaines et il n'y a aucune trace. Nous allons passer à nouveau par le Thorong La.

Retour au sommaire

Etape 7 (24 avril): Manang (3535 m) - High Camp (4700 m)

Distance et dénivelés : 18 km, +1599 m, -336 m.

Ce matin c’est la grosse fatigue, je n’ai pas la forme, pas d’enthousiasme. L'étape du jour est relativement courte cela devrait donc bien se passer.

High Camp

Dès que le paysage devient un peu plus minéral cela va beaucoup mieux. Pendant un moment nous faisons la montée avec des chevaux magnifiques, des mustangs, deux ou trois sont montés par des népalais. Parfois c’est délicat dans les dépassements ou les croisements.

A Thorong Phédi nous faisons un arrêt rapide pour un coca, certains se couvrent et nous poursuivons la montée. Il reste environ 160 mètres de dénivelé, nous tenons le bon bout. Nous arrivons enfin à High Base Camp. Le site est magnifique. Je me change et je vais manger dans la salle à manger du lodge. Super agréable. La salle est très belle. Avec le soleil derrière les vitres il fait presque chaud. La vue tout autour est magnifique.

Après cette pause déjeuner nous montons jusqu’à un sommet tout près. Celui-ci culmine à presque 5000 mètres, c'est un superbe belvédère sur la vallée et toutes les montagnes qui nous entourent. De retour à High Camp nous nous réfugions à nouveau dans la salle à manger. Nous nous partageons nos rations de survie. Chacun s’occupe, discussion, jeu de carte,…

Nous rencontrons un couple d’américains du Colorado avec deux petits de 18 mois et 4 ans. Ils ont l’intention de monter au Thorong La le lendemain. Cela me semble très ambitieux...

Le ciel est rempli d’étoiles, c’est la pleine lune. Il fait froid.

Retour au sommaire

Etape 8 (25 avril): High Camp (4700 m) - Thorong La (5416 m) - Eklo Bhatti (2830 m) - Jomosom (2760 m)

Distance et dénivelés : 34 km, +868 m, -2895 m.

Le petit déjeuner est très dur à avaler. Nous préparons les sacs et c’est le départ vers 5h30 en trois vagues. Le chemin est un peu exposé au début. Je n’arrive pas à suivre les autres car je m’essouffle à chaque pas. Je monte tout doucement mais sans plaisir car m’essouffler me panique. Je finis la montée avec Puré qui est vraiment très attentionné.

Il me propose de me prendre en photo mais je préfère me précipiter dans la descente j’ai trop eu peur de ne pas y arriver. Tout va bien et je rattrape quelques coureurs que je dépasse. La route est longue jusqu’à l’embranchement pour Eklo Batti mais la vue sur le Dolpo fait rêver et je ne peux m'empêcher de penser que c'est la dernière étape... Au loin j’aperçois Line et cela me motive pour maintenir le rythme. Nous arrivons à la rivière au même moment et nous décidons de terminer ensemble.

zoomzoom

Il y a beaucoup de vent qui remonte la vallée. Parfois nous pouvons voir de mini tornades. Nous avons la bouche complètement desséchée. Enfin nous arrivons à Jomson. Nous nous perdons environ cinquante minutes avant de trouver enfin la ligne d’arrivée. C’est sympa de terminer à deux.

Nous retournons tous sur la ligne d'arrivée pour attendre les derniers, ils arrivent noirs de poussière.

Je fais quelques pas dans les rues de Jomson mais c’est un peu tristounet. Le dîner dans notre lodge est vraiment très agréable. C’est une ambiance très reposante avec en fond musical des chants népalais. Pour clôre le repas nous avons droit à un magnifique gâteau de fin de course.

Retour au sommaire

Journée à Pokhara (26 avril)

Le lodge où nous nous trouvons est vraiment agréable. Le petit déjeuner est très bon et se déroule dans une ambiance aussi apaisante que le dîner de la veille.

Le lac de Pokhara

Le départ de Jomoson pour Pokara va avoir lieu ce matin.

C’est un petit avion de 12 places. Nous survolons le Poon Hill et ses forêts de rhododendrons. A l’arrivée nous sommes accueillis par les gens de Base Camp avec un petit car. Nous nous rendons directement à l’hôtel Candle Inn de Pokara. C’est très luxueux nous avons une grande chambre avec une douche bien chaude, des serviettes.

Déjeuner dans un restaurant au bord du lac. Cadre super dans un magnifique jardin avec flore un peu comme à la Réunion : manguier, bananier, caféier, etc.… Nous admirons le coucher du soleil sur le lac. Près du lac il y a un camp de réfugiés tibétains, deux femmes nous accostent.

Il fait vraiment très chaud. Je me lave les cheveux pour la première fois depuis quinze jours avec du shampoing . Cela fait du bien !
Super nuit avec toutes les fenêtres ouvertes.

Retour au sommaire

Pokhara - Katmandu (27 avril)

Nous prenons le petit déjeuner dans les jardins. La température est très agréable et c’est vraiment apaisant.
A huit heures nous quittons l’hôtel avec tous nos bagages. Et c’est rapidement le départ pour Katmandu.
Le vol est assez rapide. La luminosité ne permet pas de voir les montagnes. Nous sommes à trois semaines de la mousson.
Nous survolons à nouveau Poon Hill et ses forêts de rhododendrons. J’arrive à repérer le parcours que nous avions suivi à pieds.
A l’arrivée un car nous attend pour l’hôtel Manaslu.

En fin d'après-midi c'est la soirée de remise des récompenses. Bruno, Puré, Jérome Edou dirigent la cérémonie. Les derniers sont appelés les premiers. Tout le monde est unanime pour remercier Bruno et tout le staff. Nous recevons tous un moulin à prières. Beaucoup d’émotion dans cette cérémonie. Lakpa et Nigma ont revêtu des robes népalaises. Elles sont très belles. Les népalais sont venus avec leur famille. Les deux premiers sont des népalais, les deux premières des népalaises. La cérémonie se poursuit par un apéritif, puis un repas.

Et le lendemain matin ce sera le départ pour la France.

Retour au sommaire

Et après

Les quelques jours qui suivent mon retour j’ai un peu de mal à revenir sur terre. J’essaye de partager avec mes proches l’expérience que je viens de vivre mais ce n’est pas évident…

Il n’y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin. BOUDHA

Courir au Népal c'est découvrir l'Himalaya; lorsque la course s'arrête le chemin s'arrête et c'est d'autant plus triste.

L’effort physique n’est qu’un moyen pour découvrir les paysages et les gens.

J’aimerais bien repartir au Népal, je sais maintenant que l’Himal Race est une course vraiment trop dur pour moi. Par contre, pourquoi pas l’Everest Sky Race en 2009 ? Il me semble que j’en serais capable. Et après cette première expérience je crois que je profiterai encore plus du moment présent.

Retour au sommaire

Classement de l'Annapurna Mandala Trail 2008

Après environ 260 km, 12500 m de dénivelé positf, 13870 m de dénivelé négatif en 8 étapes:

Rang Nom Temps au général
1 Sonam Gal Sherpa 35 h 34
2 Bhimsen Awale 38 h 02
3 Bruno Poirier 38 h 06
4 Valery Caussarieu 38 h 51
5 Yannick Legroux 39 h07
6 Sébastien Lesage 40 h 25
7 Stéphane Bruand 40 h 58
8 Pascal Beaury Sherpa 41 h 10
9 Sylvain Bazin 41 h 44
10 Mathias Gery 41 h 54
11 Stéphane Delmas 42 h 03
12 Lakpa Diki Sherpa 42 h 19
13 Nigma Yangji Sherpa 42 h 24
14 Deepak Rai 42 h 52
15 Roger Henke 43 h 06
16 Robin Meyer 43 h 46
17 Alexandre Brissard 44 h 32
18 Cédric Charvin 45 h 02
19 Benoit Durand 45 h 20
20 Franck Gilet 45 h 58
21 Frédéric Doyen 46 h 36
22 Bruno Lebon 46 h 44
23 Fabien Brusson 48 h 17
24 André Latorre 48 h 55
25 Joël Delmas 49 h 23
26 Hugues Clauser 49 h 40
27 Christian Hagenstein 49 h 40
28 Françoise Peter 50 h 14
29 Catherine Guitton 50 h 38
30 Stéphane Lardenois 51 h 28
31 Jaganath Bista 51 h 40
32 Pascale Guilbot 51 h 45
33 Virginie Duterme 51 h 48
34 Olivier Bonassiole 53 h 13
35 Marie Sergé 59 h 06
36 Maryse Dupré 65 h 27
37 Gildas Leugé Maillet 66 h 48
38 Tsering Ghale 69 h 08
39 Line Courteaud 69 h 12
40 Flore Lubrez 69 h 12
41 Aurélie Collado 83 h 27
42 Jordi Leugé Maillet 84 h 58
43 Marjan Slaats Abandon étape 4
44 Jean-Michel Ferron Abandon étape 3
45 Marianne Blangy Abandon étape 1
46 Philippe Grizard Abandon étape 1
47 Romain Vallé Abandon étape 1
48 Phu Dorjee Lama Sherpa Abandon étape 1

Challenge de la Sportivité : Yannick Legroux et Stéphane Delmas.

 

Retour au sommaire