Sur les chemins de l'Alta Via 2 (Val d'Aoste)

En tout début d'année, nous avons décidé d'aller randonner, début juillet, sur les chemins de l'Alta Via 2.

Durant l'hiver, la neige est tombée en abondance. Le printemps n'a pas daigné faire son apparition avant la fin juin. Du coup les conditions de la montagne ne sont pas faciles du tout. Il y a beaucoup de neige, ceci rend très difficile le passage des cols situés pour la plupart à près de 3000 mètres.

Avant de partir, je demande des renseignements aux gardiens des refuges où nous allons passer et tous me disent que les crampons seront nécessaires et que le passage ne sera pas garantie selon l'état de la neige ce qui change chaque jour.

Les crampons sont dans le sac, les cartes également et nous sommes prêts à nous adapter aux conditions que nous allons rencontrer.

Nous avons pour projet de partir de La Thuile et de suivre l'Alta Via 2 jusqu'à Cogne.


De la Thuile au Bivouac Promoud Le Col de la Crosatie Chalet de l'Epée Alpage Djouan Refuge Vittorio Sella

Cliquer sur le chiffre pour accéder à l'étape correspondante.


Guide et cartes utilisées

 

De la Thuile au Bivouac Promoud

Nous arrivons en fin de matinée à La Thuile. Le village se trouve sous le Col du Petit-Saint-Bernard, à 1441 mètres d‘altitude. Le temps est magnifique, nous pouvons admirer les hautes montagnes enneigées.

Pour la nuit, nous nous installons dans le camping du Rutor au pied du glacier auquel il doit son nom. Un grand parking accueille les voitures, ainsi, les emplacements sont à l'abri des voitures et le camping est très convivial.

Nous nous préparons pour le départ du lendemain, théoriquement nous ne reviendrons chercher la voiture que dans une semaine.

Marquage Alta Via 2

Nous partons en tout début de matinée.

Cela commence tranquillement. Le sentier longe le torrent du Ruitor, le traverse et s’engage dans un bois, passant à côté de trois merveilleuses cascades.
La pente se redresse jusqu’au Lac Glacier (2140 mètres).

Après l’alpage Glacier, l’ascension continue jusqu’au Refuge Alberto Deffeyes (2500 mètres). Il ne reste plus qu'environ 360 mètres de dénivelé à gravir pour arriver au Col du Passo Alto.
Nous décidons de faire une pause. Le gardien du refuge vient discuter, nous indique quelques balades autour du refuge: Lac des Séracs, Lac du Ruitor, Lac Gris, Lac Vert...

Il nous confirme que le Col du Passo Alto est très enneigé, un petit groupe a pu passer la veille.
Nous nous restaurons en admirant le panorama. Cet endroit mérite vraiment que l'on y séjourne un peu plus longtemps, ce sera pour une prochaine fois!

Théoriquement nous devions mettre à peu près 3 heures depuis le Refuge Deffeyes pour rejoindre le Bivouac Promoud en passant par le Col du Passo Alto, en fait cela va être beaucoup plus long!

Au début, le sentier serpente dans une zone humide, les alpages du Ruitor. Très vite la neige est là. Nous suivons le marquage de l'Alta Via 2 lorsqu'il n'est pas dissimulé par la neige. Mais en fait la plupart du temps c'est à nous de décider de notre route en fonction de l'état de la neige, la pente, le col à atteindre.

Finalement nous arrivons au col (2856 mètres), la vue avec la neige est particulièrement belle.

Refuge DeffeyesPasso Alto

Le Refuge Deffeyes                                                            Vue depuis le Col de Passo Alto

C'est la descente qui va être la plus difficile et nous prendre le plus de temps.

Au début nous pouvons descendre dans la neige mais, malheureusement, peu de temps. La neige est "molle" par endroit et nous nous retrouvons dans des trous d'où il est très difficile de s'extirper. Nous poursuivons notre chemin dans des gros éboulis. Le cheminement est laborieux. Nous nous dirigeons grâce au GPS et à la carte.

Nous avons de la neige jusqu'à environ 2200 mètres, lorsque nous retrouvons enfin les traces.
Nous rejoignons le Bivouac Promoud (2000 mètres) par un agréable sentier au cœur des pâturages.

Durant la journée, mis à part le gardien du Refuge Deffeyes, nous n'avons rencontré personne. Et pourtant, c'est le grand beau temps.
Les mauvaises conditions de la neige doivent sans doute en être la cause.

Le bivouac est ouvert, aucun randonneur, tout est propre et bien rangé. C'est un bâtiment récent, il y a une cuisine, une douche mais pas d'eau. Pas grave, le torrent est tout près! Le dortoir possède de nombreux lits, les couvertures sont dans des armoires.

Nous dînons et nous nous couchons rapidement, la journée a été fatigante.


La Thuile - Bivouac Promoud

Le profil de l'étape

 

La Thuile - Bivouac Promoud

La carte de l'étape

Plus de photos

Retour à la carte générale


Le Col de la Crosatie (2826 mètres)

Ce matin, nous confortons les décisions pratiquement prises dès la veille. Nous craignons que les cols de Lauson et d'Entrelor soient difficilement franchissables. L'un d'entre nous va aller rechercher la voiture, les passages de vallée en vallée se feront avec la voiture, les montées aux cols se feront en aller retour.

Le temps est toujours aussi beau. Partant du bivouac Promoud, nous descendons jusqu’à un petit pont de bois qui enjambe le torrent.
Pendant que Bernard descend directement à La Salle d'où il va rejoindre La Thuile en bus, nous montons en direction du Col de la Crosatie.

Le Col de la Crosatie


Comme nous l'avait dit le gardien du Refuge Deffeyes, nous rencontrons peu de neige dans la montée, uniquement quelques névés très faciles à traverser.
Les 200 derniers mètres de dénivelé sont très caractéristiques, le sentier parcourt une arête, des marches de pierre facilitent la progression.
Cette montée est très agréable et nous arrivons rapidement au col.

Arrivées au col, nous restons un long moment.
La descente sur Valgrisenche semble possible et cela nous sera confirmé par l'arrivée d'une femme qui arrive de Planaval. Dommage, pas de téléphone, le rendez-vous a été donné à La Salle, nous ne pouvons pas descendre sur Valgrisenche!

La Salle est à 1000 mètres, 1800 mètres de dénivelé négatif nous attendent!

La descente sur Promoud se fait rapidement et facilement. Nous rencontrons un couple qui fait une reconnaissance du Tor des Géants. Nous discutons un long moment, ce soir, ils dorment au Refuge du Chalet de l'Epée après Valgrisenche.

La descente depuis le bivouac Promoud nous semble un peu longue, surtout à l'approche de La Salle.

En voiture, nous rejoignons Valgrisenche et "Le Vieux Quartier" où nous allons passer la nuit. L'accueil est parfait.


Promoud-Col de Crosatie


Plus de photos

Retour à la carte générale

 

Valgrisenche ( 1664 mètres) - Chalet de l'Epée (2370 mètres) - Col Fenêtre (2840 mètres)

Nous décidons de tous partir sur le chemin du Col de la Fenêtre de Torrent.

Après le centre du village de Valgrisenche, nous prenons la route qui conduit au hameau de Mondanges, puis un sentier qui pénètre dans un bois épais de conifères.

Nous traversons les alpages de Benevy, de Bois. Nous pouvons admirer, plus bas, le Lac de Beauregard.
Peu avant d'arriver au Chalet de l'Epée, nous retrouvons le couple croisé hier au Col de la Crosatie. Ils ont décidé de redescendre et d'aller directement au Refuge Sella, ils craignent de ne pas pouvoir "passer" les Cols d'Entrelor et Lauson.

Après le refuge, nous poursuivons notre chemin vers le Col Fenêtre. Très rapidement, nous rencontrons la neige. Nous traversons quelques torrents sur des ponts de neige. Nous poursuivons à deux pendant que Bernard reprend le chemin du refuge.

Chalet de l'EpéeVue depuis le Col Fenêtre

Le Chalet de l'Epée                                                            Vue depuis le Col de Fenêtre

La montée est plus facile que celle d'hier, sauf le final, très redressé et enneigé, qui impose de passer par des rochers sur les côtés puis de redescendre sur le col.. C'est ce que fait Nathalie qui est très impressionnée par la raideur de la descente sur Rhêmes-Notre-Dame.

Nous repartons vers le Chalet de l'Epée. Alors que nous pensions n'y rester qu'un court moment, nous allons y faire une longue pause tant nous sommes bien accueillis. Nous parlons beaucoup avec le couple qui tient ce refuge et aussi tous les gens qui y travaillent. Finalement nous décidons d'y déjeuner et nous mangeons une polenta accompagnée de légumes. C'est délicieux. Avec regret, nous quittons cet endroit si sympathique pour poursuivre notre descente.

En voiture nous gagnons Rhêmes-Notre-Dame. De la route, nous voyons la descente du Col de Fenêtre, c'est raide, mais il ne semble pas y avoir de neige.

Ce soir nous sommes hébergés dans l'annexe réservée aux randonneurs de l'Hôtel Boule de Neige. Très confortable mais "un peu trop luxueux"!

Pluie et orage font leur apparition...


Valgrisenche-Col Fenêtre


Plus de photos

Retour à la carte générale

 

Eau Rousse - Alpage et Lac Djouan

Nous sommes réveillés par des pluies très violentes. De nombreux nuages accrochent les montagnes.

Nous décidons d'aller, dès maintenant, à Eau Rousse, de là, nous essayerons de monter au Col d'Entrelor si la météo s'améliore.

Départ de Rhêmes-Notre-Dame
Avant de quitter Rhêmes-Notre-Dame, nous regardons avec regret les panneaux indiquant la direction du Col d'Entrelor et d'Eau Rousse. Les conditions d'enneigement, le manque de visibilité avec les nuages, la pluie qui doit être de la neige là-haut nous confortent cependant dans notre décision.

Lorsque nous arrivons à L'Hostellerie du Paradis, qui va être notre lieu d'hébergement à Eau Rousse, il pleut moins mais il y a encore beaucoup de nuages très bas.

Nous sommes accueillis par une jeune femme qui nous remercie d'être là malgré le mauvais temps, les conditions d'enneigement. Elle semble très stressée par les nombreux désistements des groupes qui avaient prévu de faire étape chez elle.

La météo s'améliorant, nous décidons de partir vers le Col d'Entrelor. Nous nous installerons dans notre dortoir plus tard.

Nous démarrons dans les bois, puis les alpages. Les sommets sont dans les nuages.

Nous rejoignons, un peu plus loin, à Orvieille, le pavillon de chasse du roi Victor Emmanuel II, aujourd’hui habité par les gardes du Parc.

Nous voyons plein de marmottes. Le soleil fait son apparition, les lieux invitent à la pause. Nous décidons de nous arrêter là au retour, nous allons d'abord essayer d'aller au moins jusqu'aux Lacs de Djouan situés à presque 2600 mètres.

Lorsque nous atteignons l’Alpage Djouan, nous sommes dans les nuages. Nous décidons de poursuivre en espérant que cela s'améliore. Malheureusement cela ne sera pas le cas et nous ne verrons ni le Lac Djouan, ni le Lac Noir.... Nous redescendons et faisons une longue pause à Orvieille avant de rejoindre l'Hostellerie du Paradis.

Eaux RoussesEaux Rousses

En montant à Orvieille

Arrivés à l'Auberge, nous nous installons dans notre chambre dortoir. Ce soir il y a un groupe de 7 personnes avec un guide. Ceux-ci randonnent dans les vallées avec déplacements en minibus, le guide ne prend aucun risque .....

L'Hostellerie du Paradis est un point de ravitaillement lors du Tor des Géants. Des affiches, avec la signature des coureurs qui sont passés là, ornent les murs.

Nous nous couchons sachant déjà que, demain, nous irons à Cogne en voiture. Nous monterons au Refuge Vittorio Sella.


Eaux Rousses- Lac Djouan


Plus de photos

Retour à la carte générale

 

Refuge Vittorio Sella

Montée au Refuge Vittorio Sella

Au réveil, le ciel est toujours un peu encombré par les nuages mais il fait nettement meilleur qu'hier. A huit heures, nous quittons Eau Rousse pour Cogne. Quelle que soit la météo, nous allons monter au Refuge Vittorio Sella.

Arrivés à Cogne, nous décidons de monter en voiture jusqu'à Valnontey. Le chemin qui longe la route ne présente que peu d'intérêt. Nous aurons plus de temps pour nous balader autour du refuge.

Montée Refuge Vittorio Sella

La montée vers le Refuge Vittorio Sella est très agréable et se fait facilement. Nous rencontrons quelques nuages vers 2400 mètres mais cela ne mouille pas et la visibilité reste très bonne. Pour la première fois, depuis que nous sommes dans le Val d'Aoste, nous rencontrons de nombreux randonneurs.

Sur le chemin nous observons les premiers bouquetins de la journée.
L'arrivée sur le refuge, en fin de matinée, est magnifique.

Comme partout dans le Val d'Aoste, nous sommes super bien accueillis. Le gardien est de bonne humeur et plein d'humour. Il y a beaucoup de monde mais cela ne semble lui poser aucun problème. Il prend le temps de discuter, de nous indiquer les balades autour du refuge. Il nous déconseille le Col Lauson, selon les jours, cela ne passe pas ou très difficilement.

Nous décidons d'aller sur le chemin vers le Col Lauson et de s'arrêter pour déjeuner dès que cela devient difficile. Demain nous irons au Col de la Rossa.
Avant, nous laissons tout ce dont nous n'avons plus besoin dans le dortoir où nous dormirons ce soir. C'est rare de pouvoir faire cela dans un refuge dès le matin!

Refuge Vittorio Sella Refuge Vittorio Sella

 

Plus de photos de la montée au refuge


Cogne Sella


Sur le chemin du Col Lauson

Nous sommes dans le Parc National du Grand Paradis (PNGP). Ce parc était à l'origine une « réserve royale » créé par le roi Victor-Emmanuel II en 1856 pour protéger le bouquetin, alors en voie d'extinction. Ce territoire protégé est devenu un parc national en 1922. Il a inspiré la création plus tardive du Parc National de la Vanoise qu'il jouxte. Le bouquetin est l'emblème du Parc National du Grand Paradis.

Bouquetin

Aujourd'hui les bouquetins sont très nombreux, et alors que nous nous dirigeons sur le chemin du Col Lauson, nous nous arrêtons très souvent pour les contempler. Ils ne sont pas farouches et ne bougent pas à notre passage.

Arrivés à la bifurcation du Col de la Rossa, nous nous dirigeons sur la gauche vers le Col Lauson.
La montée débute par des lacets faciles. Après quelques passages dans la neige, nous arrivons, vers 3000 mètres sur un replat exposé au soleil. Nous nous arrêtons là pour manger et profiter de l'environnement un long moment.
Alors qu'il y a beaucoup de monde au refuge, ici, c'est le calme absolu.

Le Col Lauson est dans les nuages, nous ne regrettons pas trop de ne pas y être allé.

Prairies au dessus de Vittorio Sella

Nous reprenons le chemin du refuge, nous sommes en fin de journée, les lumières sont très belles.

Des marmottes courent dans les prairies fleuries, les bouquetins sont partout et nous regardent passer.

C'est vraiment agréable d'avoir tout notre temps.

Arrivés au refuge, nous allons au bar attenant et paressons au soleil sur la terrasse.

Nous passons une très bonne soirée dans la salle à manger du refuge.

Photos de bouquetins

Photos de la montée vers le Col Lauson


Montée au Col de la Rossa

Ce matin, le temps est magnifique. Pour notre dernière journée dans le Val d'Aoste, c'est vraiment super.

Col de la Rossa

 

Nous reprenons le chemin de la veille jusqu'à l'embranchement vers le Col Lauson. Il y a beaucoup moins de bouquetins au dessus du refuge que la veille. Nous commençons à en voir dans les pentes vers le Col de La Rossa.

La montée est facile. Il n'y a pas de neige. La pente se redresse sur la fin et nous atteignons sans souci les 3200 mètres du col.

Ce col est sur le chemin de la Traversée de la Vallée de Cogne (TVC). La descente dans le vallon de Vermiana est très enneigée, pas de traces, marquage caché sous la neige.

Après une longue pause, nous reprenons le chemin du refuge. Les bouquetins sont à nouveau très nombreux dans les prairies au dessus du refuge. Nous prenons de l'eau au refuge et nous poursuivons notre chemin jusqu'à Valnontey.

Notre balade en Val d'Aoste s'arrête là.

Vue Col Rossa

            Vue depuis le Col de La Rossa

Plus de photos de la montée au Col de la Rossa

Retour à la carte générale

 

Nos photos


Sur les chemins de l'Alta Via 2

Galeries photos